Cochabamba

Surnommé la « cité jardin » pour ses nombreux parcs et ses jardins fleuris, Cochabamba reflète une atmosphère provinciale qui lui confère un charme discret. Elle se caractérise par son important patrimoine colonial et ses ruelles bordées de somptueux balcons. Mais un voyage à destination de Cochabamba ne se limite pas seulement à ses merveilleux paysages. La ville sait aussi faire parler d’elle en matière de gastronomie.

Point de vue géographique

Cochabamba désigne une ville bolivienne, représentant la capitale de la province de Cercado. Elle s’étend sur une superficie de 55 631 km² et se situe à 234 km au sud-est de La Paz. Elle désigne l’unique département du pays où l’on ne remarque aucune zone frontalière. En outre, cette communauté représente le siège du parlement sud-américain.

La communauté est encadrée par le département de Beni au nord, par ceux de Potosi et de Chuquisaca au sud, ceux d’Oruro et de La Paz à l’ouest et enfin par celui de Santa Cruz à l’est. La province se subdivise en 16 provinces et 201 cantons. La ville de Cochabamba se trouve perchée dans les montagnes. La plus haute d’entre elle, le Tunari, culmine à 5 020 m d’altitude. L’emplacement regorge de nombreuses vallées, parmi lesquelles on compte les plus importantes comme celles de l’Alto et de Cliza.

Histoire

Durant la période pré-colombienne, l’empire inca avait occupé la région de Cochabamba. Parmi les groupes ethniques ayant existé à l’époque, la civilisation des Quechuas affichait le plus grand nombre de population. Depuis, la pratique de cette langue a continué de se perpétuer au fil des générations.

Pendant la colonisation espagnole, le castillan devint la langue dominante de la région. À cette époque, les conquistadors avaient décidé de fonder plusieurs villes, y compris celle de la Cochabamba. Elle fut d’abord baptisée Villa de Oropeza par le capitaine Jerónimo de Osorio le 2 août 1571. Après quelques années, Sebastián Barba de Padilla reçut l’ordre, du vice-roi Francisco de Toledo, de recréer la ville.

Aujourd’hui

Hormis les nombreuses facettes que dévoile la ville, Cochabamba s’enorgueillit de posséder les zones les plus favorables à la culture de vignes, du blé, du maïs, de la pomme de terre, du quinoa… La production des fruits se concentre en majeure partie dans la région tropicale du Chapare, à 200 km de là. On y récolte des bananes, des bananes plantains, des oranges, de papayes ainsi que d’autres variétés de fruits exotiques.

La ville de Cochabamba accueille tous les 13 et 14 du mois d’août la fête de la Vierge Marie de Urkupiña. Durant la célébration, elle réunit un grand nombre de personnes, qu’elles soient d’origine bolivienne ou issues de contrées différentes. Symbole de foi, d’unité et de paix, cet événement traditionnel religieux est considéré comme un patrimoine culturel et touristique important du pays bolivien.

Au cœur de la ville

La ville de Cochabamba possède de nombreux atouts à faire valoir. Voici les différents sites qui l’ont surtout permis de se démarquer.

Le marché de la Cancha

Le lieu désigne le plus grand marché de plein air en Amérique du sud. Une foule de gens s’y rassemble pour effectuer leurs achats et bavarder. Le marché s’étend à travers plusieurs avenues de la ville depuis la gare routière. Ouvert tous les jours, celui-ci devient très animé chaque mercredi et samedi de la semaine. On y retrouve toute une gamme de produits locaux, sans compter les légumes et les fruits aux couleurs chatoyantes. Du côté de l’emplacement réservé à l’artisanat typique, sont exposés de curieux objets que les habitants considèrent comme des porte-bonheur : des fœtus de lama.

El Cristo de la Concordia

Lors d’une promenade à Cochabamba, impossible de rater l’immense statue blanche représentant le Christ Rédempteur, inaugurée en 1994. La structure, s’élevant à 40 m de haut incluant le support, dépasse celle de son homologue au Brésil qui mesure 38 m. L’accès à l’intérieur de la statue est réservé le jour du dimanche.

La place du 14 septembre

Encadrée par de charmants édifices ainsi que d’espaces arborescents et fleuris, elle se distingue des autres places pour son architecture coloniale. Juste au centre se trouve la fontaine des Trois Grâces et la Colonne des Héros.

El Palacio Portales

Conçu à partir de marbre et de boiseries, ce bâtiment chargé d’histoires surprend les visiteurs par son style d’architecture très noble. On doit cette conception grâce à l’architecte français Eugène Bliault, qui fit construire le plus beau palais de la région pour le baron Simon Iturri Patiño, entre les années 1915 et 1927.

Le site archéologique d’Incallajta

Situé à deux heures de Cochabamba, ce site renferme d’importants vestiges incas de la Bolivie. Sur ses hauteurs, on peut distinguer une cité datant de la fin du 15e siècle, bâtie par l’empereur Tupac Inca Yupan. Parmi les ruines, un cadran solaire permettant aux Incas d’observer les étoiles et le climat à l’époque.

Laguna Angostura

Ce lac artificiel alimente la région de Cochabamba. Il couvre une superficie de 10,5 km² et dispose d’une capacité de 75 millions de mètres cubes d’eau. Le lieu semble propice à toutes sortes d’activités comme la tyrolienne, le pédalo et les excursions en bateau. La Laguna Angostura est aussi connue pour ses poissons à la chair très appréciée.

Autres sites à visiter

Vous comptez rester quelques jours de plus ? Autant en profiter pour découvrir de nouvelles curiosités aussi bien sur place que dans les environs, tels que :

- la cathédrale métropolitaine de Saint-Sébastien ;

- les quartiers de Prado et Cala Cala ;

- l’avenue des Amériques ;

- le couvent de Sainte-Thérèse ;

- le jardin botanique Martin Cardenas ;

- le Parc National de Torotoro ;

- les villages de Tarata, Punata, Arani, le long de la route de Valle Alto ;

- le site naturel d’Incachaca et ses chutes d’eau.

Climat

La météo à Cochabamba varie en fonction de l’altitude. Son climat doux et agréable lui vaut le surnom de « printemps éternel ». On observe un temps ensoleillé et très sec durant les mois d’avril à octobre. De janvier à mars, les précipitations se manifestent sous forme d’orage. Dans l’année, les températures varient de 14 °C à 30 °C, le plus souvent avec une amplitude thermique très forte dans la journée. Dans l’ensemble, Cochabamba peut se visiter tout au long de l’année.

Comment s’y rendre ?

Il n’existe pas de vol direct depuis la France mais plutôt à destination de Santa Cruz ou La Paz. Puis, au moyen d’un transfert, des bus assurent le trajet jusqu’à Cochabamba à des tarifs raisonnables.

Comment se déplacer ?

Il est facile de louer une voiture dès l’arrivée à l’aéroport ou en ville. La seconde option consiste à se déplacer en bus, relativement bas prix mais assez lent. En outre, il existe les micro ou mini bus de 20 à 30 places roulant sur de courtes distances. Les bagages seront hissés sur le toit.

Ville
5 photos

Bonjour

Je suis Anne de "Thaki Voyage". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
0977215160